Roger C. Elobo, Mon Blog

Espace d'Analyse, de Critique, d'Humeur, ...de Vie

12 décembre 2019

Etre de mots


J'aime la saveur du mot. Le goût exquis du mot me fait renaître des entrailles d'une divinité. J'adore la fluidité, la sensualité et la symphonie du mot qui donne une chaire à mon âme et une forme à mon esprit...

Je suis le mot. Je suis fait de mots et j'incarne la force et la puissance du mot. Le mot me tient. Le mot m'habite. Le mot me crée. Le mot m'exulte. Le mot me régénère. Le mot me nourrit. Le mot me fait. Le mot me donne. Le mot me rend gracieux.

Je suis la trace du mot, le sillon de son cours, la marque de son lit. Je m'installe sur son tapis coulant pour débiter des mots qui font du bien et me donnent la force de procurer aux êtres sensibles la béatitude et la quiétude.

Par le mot je suis un Muntu.

23 novembre 2019

Sentiments sur un bouquet de mots


Laisse toi prendre et submerger dans le tourbillon des sensations par la puissance de ce bouquet fait de mots denses et simples, purs et cristallins.

Bouquet de mots

Fais en un nid douillet où s'amoncellent les sédiments de l'espérance en un demain prospère et sain lorsque d'un environnement chaotique se manifestent les menaces d'un devenir incertain.

Bouquet de mes mots.

Je t'en offre en vagues continues comme l'onde d'une note musicale dans une partition symphonique. Je t'en donne comme ils me parviennent du monde merveilleux des dieux avec leurs couleurs et l'intensité de leur charge affective en guise de...

Bouquet de sentiments 

23 octobre 2019

Le temps perpétuel, concept majeur Africain.


Le temps est le principal patrimoine de l'homme.  La gestion du temps nous structure et organise nos sociétés. L’idée que nous en avons et l’usage que nous en faisons dépend de notre cosmogonie, notre vision du monde.

Dans certaines sociétés, c’est la préférence pour le présent qui structure la vie et donne la valeur au temps. Dans cette conception du temps, l'idée sous-jacente est que le temps est fini. La mort étant la fin de son temps, l’homme dispose d’un capital temps qu’il doit consacrer à sa propension naturelle, ses loisirs.

Dans ces sociétés, le temps fini est une ressource rare qui a donc une valeur. Chacun donne subjectivement de la valeur à son temps. Cette valeur est fonction du rapport qu’il a avec ses loisirs. Deux individus différents n’accorderont pas la même importance à leur temps dans cette société-là.

Lorsque le temps présent est préféré, l’incertitude du temps futur s’affirme comme une certitude. C’est dans cette logique que les intérêts sur un prêt ou un placement sont conçus et acceptés comme le prix payé sur le temps, que la rentabilité d’un investissement est perçue comme le prix du risque dans un univers incertain.

De même, le salaire sera conçu comme une rétribution du temps de loisir mis à la disposition d'un tiers. Ainsi donc, le travail rémunéré se conçoit comme un arbitrage entre le temps de loisirs et le salaire. Autrement dit, je n'accepte un niveau de salaire que parce qu'il vaut la peine que j'en sacrifie mon temps de loisir.

Dans cet univers à temps rare, donner de son temps aux autres n'est donc pas un don de soi mais l'acte exigeant une rétribution donc intéressé tout au moins par une quête de considération sociale.

A l’inverse, dans une cosmogonie où le temps est infini, le rapport au temps n'est plus le même. La caractéristique de la rareté disparaît et la valeur du temps aussi. Ici, le temps a une densité qui le rend hautement visqueux. Il n’est point besoin de courir après le temps. La mort n’est plus la fin du temps mais une phase du temps.

Dans un temps infini la préférence pour le présent n'est plus pertinente. Hier, aujourd'hui et demain ont la même valeur. D'ailleurs, dans plusieurs langues africaines hier et demain s’exprime par le même mot.

Dans un temps infini, le temps n’est pas rare et par conséquent la valeur du temps est nul. L’Être vit dans le temps et en tout temps. Donner du temps à l’autre n’est pas une réalité perçue puisque l’un et l’autre sont en symbiose dans le temps.

Pour tout dire, il y a d’un côté un univers à temps discontinu et fini par la mort et de l’autre dont fait partie l’Afrique, un univers à temps continu et infini par la vie !

L’Africain dispose ainsi d’un temps perpétuel qui lui procure une vie permanente !

20 septembre 2019

La fille qui en vaut 20.


La flamme qui rayonne  en elle
Ebranle  tout mon âme épris d'elle.
Tout d'elle me donne une folle envie d'elle,
Illumine mon horizon de son aura enrobé d'elle.
Cœur d'ange de mon étang secret et intime pour elle,
Ici, je bannis l'angoisse et la solitude sous l'emprise d'elle.
Adoubé de son amour à jamais, je dis être éperdument à elle.

13 septembre 2019

Réel sentiment pour la fille d'une beauté irréelle


Elle est irréelle tellement sa réalité semble sortir d'un ailleurs irréel malgré la pertinence de sa réalité. Croyez-moi, elle est un être réel qui me procure réellement des sentiments d'un réel certain dont l'effet m'emporte dans un monde irréel et me fait glisser réellement sur la vague d'un bonheur réel que je situerais entre le sublime et extase.

Trouverai-je des mots d'un langage réel pour décrire cette beauté irréelle. En fait je pense que cette irréalité ne peut que se vivre réellement comme je le vis en se moment dans la profondeur de mon âme réelle.

Autant le dire réellement et vraiment, je suis subjugué par ses formes angéliques, la fluidité de son corps de sirène, sa voix mielleuse, la finesse de ses jambes et la courbure de sa callipyge qui m'arrachent du réel et me projette dans un imaginaire réellement irréel.

 Quelle belle réalité irréelle !

12 juillet 2019

Bella, ma sœur et ma joie


Elle a l'art de me mettre en joie quand je pense à elle, dès le petit matin, au zénith du soleil ou à son couchant, par tout temps, avec sa bonne humeur et ce sourire enjoué qu'elle arbore en permanence sur ce joli visage que la nature lui a donné et qui me fait dire qu'il y a certainement un dieu quelque part…

Bella, la belle !

J'avoue que la seule l'idée d'elle enflamme mon esprit et met en musique les fluides de mon être et les atomes de mon corps tellement son aura submerge mon environnement, habite mon cœur et essaime un bien fou dans le jardin de ma sororité et de mes sentiments fraternels…

Bella, la belle !

Elle est d'une beauté qui navigue sur les sillons de l'exquis. Elle est d'une générosité qui témoigne le signe d'une divinité sur elle. Elle a une grâce qui fait doublon avec la majesté de son homme. Elle est d'un amour qui lui donne la force d'une amazone. Elle est de la trame de ces êtres qui constituent mon capital indivisible de bonheur…

Ma sœur, Bella !

28 mai 2019

La promesse subliminale de leur première rencontre


Des années, des mois et des jours passeront, il reste toujours le premier jour, le premier moment et le premier instant de cette rencontre. Ils n'en auront pas et n'en feront pas à coup sûr la même histoire. Mais leur inconscient en gardera sûrement l'intensité et la promesse.

Oh !

Quelle saveur que ce premier moment simple et d'une densité suave. Elle laisse déjà entrevoir les séquences de complicités et d'affection qui vont faire de leur quotidien un petit paradis de bonne humeur, faire de leurs instants diurnes et leurs croisements nocturnes des séquences d'un cocktail de délices angéliques.

Ah !

Il naît ainsi, mine de rien, des premiers instants d'une rencontre, des amours profonds et d'une sincérité singulière qui sédimentent en chacun des deux êtres en présence et qui résistent aux accidents des faiblesses humaines et aux vicissitudes des épreuves que les contingences de la vie sociale imposent.

Eh !

Comme il est beau et merveilleux de convoquer pour le revivre le premier moment d'un amour que l'on a voulu sans fin parce que l'on a aussitôt compris qu'en elle, il y a ce que l'on veut et qu'on vivra une vérité et qu'on a senti qu'elle a réalisé que de lui, elle aura et pourra des choses qui subliment.

Ô ciel !  

26 mai 2019

Maman, une omniprésence !


Du plus loin que je puisse observer, je te vois maman. D'assez proche que je me tourne je te sens maman. D'aussi loin que je me trouve tu es présente maman. Aussi trouble que soit le temps, ta boussole est là maman. Des profondeurs d'une obscure nuit ton halo éclaire mon chemin maman. Dans le tourbillon que la désespérance génère je retrouve la quiétude par toi maman. Dans un tumulte des sons inaudibles, j'entends ta voix maman. Mes yeux éblouis par des éclairs furieux et fougueux captent ton rayon lumineux maman. Ici et maintenant, ici et ailleurs, là et là-bas tu es là et je veux que tu sois là maman !