Roger C. Elobo, Mon Blog

Espace d'Analyse, de Critique, d'Humeur, ...de Vie

25 novembre 2018

Une voix dans la nuit


Elle était bien profonde cette nuit automnale arrosée au dehors par une fine pluie qui, augmentant la sensation de froid, le tenait dans son lit sous sa couette en coton épais mais éveillé par un flux d'échanges  textuels qu'elle entretenait avec lui.

Dans la nuit !

Déjà 3h du matin ! se disaient-ils tout hilare alors que le temps avançait et que sans soucier, ils prenaient le temps d'un  partage fusionnel de leurs temps dans ces instants de nuit sans limites comme dans un mouvement en roue libre. Seul leur importait le plaisir commun qu'elle et lui éprouvaient d'être là certes à distance mais ensemble à causer, à jouer, à se questionner et se rassurer…

Dans la nuit !...

Il semblait vraiment dans le confort des plaisirs simples qu'il affectionne. Elle lui en donnait d'elle sans peut être en mesurer jusqu'à quel point. De son côté, elle semblait tout aussi contente de vivre et de posséder pour elle cet homme qui s'offrait à elle exclusivement dans ce moment solitaire et singulier.

Dans la nuit !

Elle eut envie d'un échange sonore. Il lui dit t'appeler. Et, elle appela. Elle lui dit quelques mots et  ce fut l'explosion de sensation.

Dans la nuit !

Elle avait en ce moment-là une voix de nuit bien singulière. Elle était veloutée, enroulée comme celle d'une chanteuse de jazz de cabaret de la vieille Amérique noire ou d'une belle chanteuse du rythm and blues. Elle disait des mots et il entendait Jennifer Hudson entonner "One night only".  Cette voix qui caressait son oreille et s'incrustait dans les interstices de ses limbes nerveux l'emporta dans un sommeil profond, calme et doux..

Dans la nuit…

19 novembre 2018

D'elle à moi


Elle m'a parlé d'elle avec des mots d'elle qui m'ont tant caressé l'âme que je n'ai manqué que d'ailes pour m'envoler tout près être d'elle pour vivre un peu d'elle à côté d'elle.

Sincèrement !

Elle m'a parlé d'elle et j'ai réalisé combien elle est simple,  riche de détermination et très volontaire comme j'aime. J'ai réalisé qu'elle a en elle ce petit quelque chose qui suscite mon admiration et met les atomes de mon corps en musique tant je me retrouve après ce petit moment de confidence épris elle.

Eperdument !

Elle m'a parlé d'elle avec un naturel qui m'a fait la sentir épouser les contours de mon corps et y prendre corps. Peut-être ne saura-t-elle jamais qu'elle m'a fait cet effet merveilleux que me procurent la rosée des petits matins de mon village, la douceur des sables fins des fleuves de ma terre natale, les effluves  des belles fleurs de mon jardin intime.

Vraiment !

Elle m'a parlé d'elle et j'ai compris qu'elle a des faiblesses dont elle veut en faire une force, des forces qu'elle veut dompter et démultiplier pour valoriser des opportunités que lui offre la vie, des moyens qu'elle veut user pour faire face aux menaces existentielles.

Franchement !

Elle m'a parlé d'elle et depuis, d'elle j'ai envie de parler.


3 août 2018

Fifty to T, my sister-in-law


She has an inner strength of 50 human beings, a way of being that charms you like 50 essences of perfumes, a love that overflows like a mosaic of 50 flowers. She did not need to take 50 paths or live 50 lives to be at the top of her 50s.

T my warm sister-in-law

She gives more than 50 when she has less than 50. She likes as if she had 50 hearts. She attends as if she had 50 bodies. She thinks as if she had 50 brains. She can, without count, take or give 50 units of her time to mother, assist, and heal a soul that is in sorrow.

T my gracious sister-in-law

She can take off and fly like 50 birds that initiate a transhumance, rise to 50 heights, go beyond 50 borders, cross 50 rivers and seas; one thing out of 50 is certain, her aura will always overwhelm me like 50 torrents and his halo will shine forever at the bottom of my heart as much as 50 stars.

T my beloved sister-in-law …

7 juillet 2018

Appel au sacrifice ultime pour Cabral Libii


Le Cameroun, notre pays, est plus que jamais face à son destin. Chaque patriote doit se déterminer et apporter sa contribution pour soutenir l'enjeu. Le pays peut basculer du bon côté de son histoire si chacun de nous dans un élan sacrificiel ultime décidait de privilégier l'intérêt du pays au-delà de toute autre considération égoïste.

Le pays, notre Cameroun, est à quelques mois d'une échéance électorale capitale pour sa population en général et sa jeunesse en particulier. Deux options s'offrent à lui avec l'élection présidentielle prochaine : d'un côté, un changement avec comme promesse une espérance certaine et de l'autre, une continuité avec comme garantie un avenir incertain.

Objectivement la candidature du président Biya est défendable et fortement envisageable. La constitution, la norme supérieure de nos textes juridiques, n'interdit pas au président sortant de se représenter. Si l'on reprend les éléments de sa propre théorie selon laquelle n'est pas candidat celui qui veut mais celui qui peut alors, en dehors de tout texte légal, le président Biya est libre de se présenter s'il le veut (expression d'une volonté autonome) ou s'il se sent capable de faire campagne et diriger encore le pays pendant un nouveau mandat de 7 ans.

Toutefois, cette candidature peut tout aussi être considérée comme moralement non justifiée. Sur ce plan on peut soutenir qu'il ne s'agit pas d'une question relevant de son vouloir (sa volonté) ni de son pouvoir (sa capacité à être) mais que l'on est dans le domaine du devoir. C'est par devoir que le président pourrait laisser le champ ouvert et ne pas livrer cette prochaine bataille démocratique. Il faut le dire, ce n'est pas parce que l'on peut gagner une élection qu'il faut concourir. Il est aussi du devoir d'un homme d'Etat de considérer qu'il est temps pour lui de se retirer et se passer la main à une nouvelle génération. C'est par devoir que le président Biya peut considérer qu'après 36 ans de règne il a atteint les limites de ses possibilités et tirer sa révérence même si le peuple le réclame encore.

Il faut bien convenir que la morale est un fait individuel. Le facteur ne doit être pris en considération au risque d'une perte de temps. Il ne sert donc à rien de spéculer d'autant plus que tout montre à bien des égards que le président Biya va se représenter. Au minimum à quelques mois de l'ouverture de la campagne présidentielle, son parti aurait mis une nouvelle personnalité en orbite. Il faut constater que rien n'est fait dans ce sens et que toute la courtisanerie est en œuvre pour appeler à la candidature du président Biya. Il faut donc accepter l'idée que le président Biya est candidat à sa propre succession. Et partant de là, il faut réaliser que les jeux ne sont pas ouverts.  

Dans les conditions actuelles, le président-candidat gagnerait l'élection présidentielle prochaine sans se dépenser. Plusieurs raisons conduisent à cette évidence. Il est sortant dans un pays où le culte du chef interdit presque l'idée d'une opposition et pire encore celle d'une critique visant à déconstruire son œuvre. Il a une assisse territoriale complète avec son parti-Etat ce qui lui garantit à peu de frais une notoriété dans toutes les couches de la population. Il dispose d'un pouvoir de nomination qui lui permet de susciter une espérance perpétuelle et de tenir ainsi en laisse et en servitude une masse importante de personne parmi l'élite. Il contrôle la machine administrative ce qui lui donne une parfaite maîtrise des mécanismes de l'élection. Il est maître de l'agenda politique et peut enclencher les processus électoraux au moment qu'il juge opportun pour lui.

En l'état actuel de la conjoncture politique de notre Cameroun, compte tenu du nombre de candidats et du système électoral à un seul tour, cette élection est perdue d'avance pour l'opposition. On peut se demander si la participation des autres candidats à cette prochaine élection n'aurait pas en réalité pour objectif non pas de figurer ou de donner une onction démocratique à la victoire acquise du président Biya, mais de prendre date pour les prochaines échéances en faisant un pari hypothétique que la contingence biologique pourrait jouer et mettre le président Biya dans l'incapacité de participer aux élections d'après.

Crions-le fortement. Les options transitoires n'ont plus cours. Notre Cameroun, pays de nos ancêtres ne peut plus attendre. Il est temps que dans toute sa fierté notre chère patrie entre enfin dans ce siècle. La dynamique de la convergence doit se mettre en œuvre pour favoriser l'alternance.

Disons clairement et simplement que dans ce pays il y a des hommes et des femmes de valeurs qui peuvent convenablement assumer la charge suprême.

Maître Akere Muna peut être président ! Même si certains lui opposent son manque d'expérience politique, son inexpérience bureaucratique et sa méconnaissance des positions hiérarchiques dans les structures de l'Etat, il dispose d'un capital international qui constitue un atout considérable. Par ailleurs il porte un nom qui inspire le respect dans l'histoire de notre et il dispose d'un capital social.

Le Ministre d'Etat Marafa Hamidou Yaya peut être président ! C'est un homme sérieux, charismatique qui jouit d'un capital de sympathie populaire dans tout le pays. Il a une pensée structurée et un projet politique cohérent qui peut s'implémenter rapidement sans délai. Il a acquis, de part des fonctions de Secrétaire général à présidence et comme ministre d'Etat, une bonne connaissance des hommes et du fonctionnement de l'appareil de l'Etat. Ses années de prison ont certainement renforcé son humanisme.

Le Professeur Maurice Kamto peut être président ! Il a un sens élevé de la chose publique. Pour le disqualifier certains évoquent son expérience gouvernementale peu diversifiée et sa stratégie politique trouble ou opportuniste. Mais il demeure que c'est un universitaire de référence mondiale. Il est épris de liberté d'autant plus qu'il a eu à en payer le prix. Il aime le pays et porte la jeunesse africaine dans son âme.

L'honorable Joshua Osih peut être président ! Il a des caractéristiques personnelles qui sont appréciables. C'est un bon orateur, un tribun patient et exigeant qui peut pâtir accessoirement de son manque d'expérience dans les fonctions exécutives. Il a une bonne maîtrise des outils modernes de la communication ce qui fait de lui un homme de son temps. Il est relativement jeune. Il a le soutien d'un parti qui a une envergure nationale.

L'humoriste Dieudonné Mballa Mballa peut être président ! Il a un esprit et un tempérament qui forcent le respect même au sein de ses détracteurs. Il a affronté publiquement et médiatiquement un premier ministre français. Sa notoriété est élevée dans tout espace francophone même si on pourrait lui opposer une méconnaissance des réalités locales par son vécu. Il porte par son discours et ses actes la cause de l'émancipation des peuples.

Moi-même, Roger C. Elobo, je peux être président ! Depuis le jeune âge je suis habité par cette idée. Je me suis toujours pensé incarnant la fonction de président. Ceux qui me suivent savent que j'ai toujours nourri l'ambition de présider la destinée de notre pays. Et certainement comme moi, en cherchant on en trouverait bien d'autres aussi.

La stratégie gagnante est celle de la convergence. Elle me conduit aujourd'hui à demander à toutes personnalités, tous les présidentiables que comptent notre république de soutenir un seul parmi tous.

 Monsieur Cabral Libii est l'homme de la situation. Aujourd'hui il est le seul à pouvoir faire faire et à garantir au pays le saut de génération opportun et efficace nécessaire pour son arrimage dans ce siècle. Il est à ce jour, la principale innovation politique qui, par sa simple élection, propulserait le pays dans son temps.  

Je demande d'appeler clairement à voter en faveur de Cabral Libii. Je demande qu'un soutien franc et massif, sincère et enthousiaste lui soit apporté par tous ls candidats alternatifs qui aiment tant ce pays. Le devoir nous impose de faire ce sacrifice et de nous aligner derrière un seul, Monsieur Cabral Libii. Il doit être seul face au président Biya si nous voulons offrir une chance de changement à notre pays.

Avec plusieurs candidatures l'alternance est une irréalité, une impossibilité certaine. Avec Cabral Libii comme seul adversaire au président Paul Biya, le changement est une réalité, une possibilité probable.

Vive le Cameroun !

Roger C. ELOBO.

  

31 mai 2018

Maman, 20 ans une fois encore


Elle eut 20 ans une fois, belle, gracieuse et joyeuse et se fit la promesse de bâtir une famille en accordant ses faveurs à un jeune fonctionnaire qui avait du cran et à qui elle offrit une belle progéniture.

Elle eut 20 ans une deuxième fois et le génie d'édifier au côté de son homme, pierre après pierre, idée après idée, dans un environnement souvent hostile, un univers sécurisé à l'intérieur duquel l'espérance est une certitude et l'amour un moteur.

Elle eut 20 ans à nouveau et animée d'une grande force intérieure, elle fit face aux épreuves de la vie sans en rien ébranlé son humeur et le capital humain qu'elle s'est forgée et qu'elle incarne et partage indéfiniment tant il se multiplie au fur et à mesure qu'elle en cède des parts.

Elle a eu 20 ans encore aujourd'hui et dans la clameur générale des cieux qui font retentir les cloches venues des astres, elle demeure toujours aussi belle, rayonnante et majestueuse. Elle dégage et incarne l'esprit et le tempérament d'une jeunesse contemplative. Elle est dans la plénitude et donne à voir par ses gestes et ses postures les marques d'une divinité incarnée. Elle a en ce jour en elle une générosité pour laquelle quiconque ne peut que lui souhaiter d'avoir pour une cinquième fois encore...

20 ans !

27 mai 2018

9 mois et une vie, maman


Dès la gestation elle est prise d'un amour sans limite pour cette promesse de vie en elle. Elle se donne à tout saint pour qu'en son sein s'éclot sereinement sa petite vie qui s'accrochera à son sein. Elle manifeste cet amour en faisant attention à elle-même pour le protéger par ricochet en se protégeant. 

Maman !

Elle accepte que ce petit être en devenir en elle vive bien en elle, soit une part d'elle et partage une part d'elle. Elle est présente et veille. Elle semble ne pas avoir de vie pour elle-même dès que commence la sienne. 

Maman !

Tout au long de sa vie, elle assure et rassure. Elle ne pense à rien d'autre lorsqu'elle panse. Elle est là et jamais lasse par tout temps et en tout temps, fièrement et densément pleine de cette énergie qui fait d'elle, quels que soient les lieux, qu'elle soit qui elle est…

Maman !

10 mai 2018

Mon câlin pour ta nuit


Que t'offrir après ce moment en ce moment sinon ce câlin pour que tu trouves la nuit moins longue et douce. Je t'en fais un tout petit d'un geste avec doigté mais qui en produit un grand et gros.

Mon câlin

C'est juste un câlin. Un câlin sans prix mais un câlin de premier cru au grand prix. Ce câlin est chaleureux. C'est un câlin généreux et ajusté et dirai-je mieux dense et intense. C'est un câlin à l'image de notre printemps fleuri. Un câlin de saison, doux, savoureux qui épouse tes contours et te profile à merveille.

Mon câlin

C'est un câlin d'un genre singulier. Ce câlin a la fluidité symphonique qui, mettant en harmonie les atomes de ton corps et donnant un sens à tes sens, t'offrira pour les quelques heures qui suivent, une nuit calme et câline dont j'en ferai mon rêve câlin.


27 avril 2018

Tata Paule, une ode comme ça


Tous les matins qui voient le soleil prendre son envol, tous les zéniths auxquels se hisse le soleil et tous les soirs qui voient se coucher le soleil savent qu'elle est comme ça, pleine de ça, animée de ça ce petit quelque chose qui fait que sans ça, elle ne serait ça et n'aurait pas ce ça qui fait que pour moi et pour nous, je vous dis, elle est gracieusement ça avec ce ça…

Tata Paule

Elle est comme ça, pleine de ça, entière par ça et riche de ça ce petit quelque chose qui fait qu'elle est singulière en ça et qu'elle a en plus de ça, une force qui attire à elle des gens comme ça et surtout un amour qui l'exhorte à s'ouvrir aux autres et s'offrir sans compter à sa fratrie.

Tata Paule

Elle a ça comme magie et elle sait faire usage de ça pour nous soulager et panser nos saigner parce que je vous dis, ça elle sait faire ce petit quelque chose qui fait qu'avec un petit rien elle vous ôte ça de la gorge ou, vous enlève ça du cœur et vous donne ça d'elle sans plus s'en soucier de ça.

Tata Paule  

Un jour comme ça, comme aujourd'hui, donne lui 25 cœurs et comme ça elle doublera la mise pour en faire 50 ou alors charge là de 100 masses et d'une humeur joyeuse comme ça, elle en ramènera à 50.  

Tata Paule

Vraiment, elle est ça. Elle a ça. Elle vit ça. Elle fait ça. Elle donne ça. Elle est riche de ça. Son cœur est ça. Sa grâce est comme ça. Son amour rayonne de ça. Sa volonté lui fait faire ça. Alors qu'elle reçoive comme ça, toujours et encore autant que ça…

Gracieusement !